Russian American Canadian Deutch Nederlands Brasileiro English

Un climat sous influences

Si les sautes d’humeur météorologiques ne sont pas exceptions, avec des hivers parfois rigoureux, le Beaujolais profite d’un climat tempéré marqué par trois influences. En hiver justement, les courants  continentaux contribuent aux gelées qui s’étirent parfois jusqu’au printemps. Mieux vaut donc se couvrir pour attendre les mouvements d’air océaniques qui, à l’intersaison, attisent le rôle régulateur de la Saône et atténuent les écarts de température.

Feuille de vigne bourgeonnanteLe retour des beaux jours est placé sous la houlette des vents méditerranéens. La chaîne montagneuse du haut Beaujolais vient alors renforcer la protection des ceps ; et encourage le foehn, cet air tiède venu de l’ouest, qui réchauffe et assèche en été lorsqu’il franchit les crêtes beaujolaises pour redescendre en plaine.

Grappe en formation au printemps

Exposé à des pluies modestes, le terroir viticole peut connaître de très fortes chaleurs qui risquent encore de s’accentuer avec le réchauffement climatique. Ces longues sécheresses estivales sont certes propices à la qualité du vin mais aussi aux épisodes orageux parfois dévastateurs.

Grappe à maturité, en été