Les grandes années du Beaujolais

A+
A-

Décoder les millésimes

On entend souvent parler « d'un très bon millésime » lorsque l'on parle d'un bon vin. Sur les étiquettes, les années apparaissent comme des gages de qualité. Faut-il pour autant s'y fier ? Décryptage en Beaujolais.

Millésime : définition

Le millésime, c'est un peu la date de naissance du vin. Il indique l'année de récolte des raisins ayant servi à le produire. Il s'agit d'un repère important pour apprécier la qualité d'un vin car il est lié notamment à la météo de l'année en question.

 

Au sein d'un même vignoble, certains millésimes seront par conséquent meilleurs que d'autres en fonction de la dose de soleil et d'eau dont ils ont bénéficié l’année de leur élaboration.

 

Ainsi de manière générale, sur l'ensemble du vignoble français, les années 1992 ou 2002 sont réputées assez moyennes. Au contraire, 2005, 2009 et 2010 sont plutôt recherchées. Et cela se confirme en Beaujolais.

 

Les très bonnes années

2006, 2010, 2013 et 2014 sont de très bonnes années. Pour un millésime superbe, fruité, souple et aromatique, choisissez un 2010. Pour de la rondeur, de la finesse, de l'élégance, ainsi que de la structure et une longueur en bouche, privilégiez un 2014.

2013 est, lui, un millésime tardif. Les vins sont structurés avec une superbe expression aromatique et beaucoup de fraîcheur.

 

Des années exceptionnelles

Que ce soit pour les Beaujolais, les Beaujolais Villages ou les dix crus, privilégiez les années 2003, 2005 et 2011 aux millésimes classés « exceptionnels ».

2011 est d'une excellente qualité. Il s'agit d'un millésime riche, opulent et soyeux.

 

Les années d’anthologie

Tout comme 2009, on dit que 2015 s'approche de la perfection. Ce dernier est un millésime riche, généreux et parfaitement équilibré.

Certains auront peut-être eu la chance de déguster le millésime du millénaire daté de 1959 ou le millésime du siècle, l'année 1969.

 

Nuances dans le classement

Evidemment ce classement objectif se base sur des observations générales. Il s'agit en quelque sorte d'une moyenne. Car une année moyenne pour le vignoble dans son ensemble peut se révéler bonne pour l'un des crus ou l'une des appellations, qui aura échappé aux aléas climatiques.

Et puis, n'oubliez jamais qu'un millésime varie aussi en fonction du terroir et du savoir-faire de chaque vigneron.

 

En somme, fiez-vous au millésime sans oublier de prendre en compte la kyrielle de facteurs complémentaires qui donnent à un vin toute sa richesse et son identité.

Incitation

À découvrir aussi sur beaujolais.com : En infographie "Les millésimes des vins du Beaujolais".

Partager cet article sur
Sur le même thème
  • Côte de Brouilly : les grands vins ont leur sommet

    Les vins de Côte de Brouilly vous feront rêver par leur nature environnante, parfois nommée "corne verte". Ils vous invitent au voyage aussi bien gustatif que pédestre.

    Promenez-vous au cœur de paysages préservés sur le flanc du Mont Brouilly. Puis, laissez-vous emporter par la beauté du lieu et par les arômes délicats d’un Côte de Brouilly

  • Les Beaujolais, des vins de Fête, de Caractère et d'Exception

    Amateur de bon vin ou amateur tout court, vous souhaitez appréhender l’art de la dégustation ? Les vins du beaujolais sont les vins qu’il vous faut. Avec ses 12 appellations, voilà une région viticole qui sait rendre accessible ses vins de fête, de caractère et d'exception ! Tous ses vins sont conçus à partir d’un seul cépage : le Gamay noir pour les vins rouges et les rosés et le Chardonnay pour les vins blancs. Très facile à retenir…

  • Fleurie : des paysages divins pour des vins féminins

    Les vins les plus féminins du vignoble du Beaujolais sont sans conteste les vins de Fleurie. Ils se cultivent tout d’abord dans un environnement verdoyant, au cœur de 13 sublimes lieux-dits, pour finir par revêtir une robe rouge carmin du plus bel effet.

  • Lancement du Guide Lonely Planet « Le Beaujolais en quelques jours »

    Le nom Beaujolais est connu de tous et fait parler de lui aux quatre coins du monde le troisième jeudi de novembre, lorsque les «Nouveaux» arrivent. Pourtant, derrière ce nom, c’est toute une région qui reste méconnue.