• 2010
  • 2011
  • 2012
  • 2013
  • 2014
  • 2015
  • 2016
  • 2017
  • 2018
  • 2019
  • 2010

    Des couleurs “gamay pur jus” ; éclat et brillance plus que profondeur. Le millésime surfe avec bonheur sur une belle fraîcheur. Groseilles juste cueillis, pulpe de fraises des bois. Délicates présence de la rose, de sa cousine la pivoine et de son discret caractère poivré. Joli grain de tanins dans le registre de l’élégance, du ciselé. 2010 est solidement campé sur ses terroirs.

  • 2011

    La juste dose de soleil pour des grains de gamay joufflus aux jolis reflets violacés. On retrouve dans le verre ces beaux éclats avec une profondeur variable. La fraise bien mure et les fruits rouges confits sont la signature d’une belle maturité. Les herbes aromatiques (romarin, sauge) viennent en toute discrétion apporter de la complexité. Belle amplitude en bouche, tanins feutrés et caressants. L’ensemble est gourmand et croquant.

  • 2012

    Un soleil parfois un peu “palot”, des peaux parfois peu épaisses, les vignerons du Beaujolais se devaient de respecter le millésime. Du rubis encore et encore, du fruit rouge plein de fraîcheur (framboise et griotte). Du tendre et délicat côté tanins. Majoritairement des vins à “croquer” dans leur jeunesse pour leur fruité éclatant et charmeur.

  • 2013

    Cette année-là, il était urgent d’attendre ; lentement mais sûrement, jusqu’aux premiers frimas de l’automne. Le millésime a tracé son chemin vers des jus goûteux et remplis d’une belle énergie. Dans le verre, du brillant, de l’éclatant. Sur le plan olfactif, du pur, du frais (coulis de framboise, fraise des bois) pour des nez plein de séduction. Du punch, de l’énergie pour des tanins élégants, longilignes. Joli toucher de bouche dans un registre coureur de demi-fond.

  • 2014

    Belle et solide alliance fruit / tanin pour ce millésime. Les couleurs sont chatoyantes. De jolis éclats de cerise, de griotte au burlat bien mure (celles que l’on destine au clafoutis), à un fruité ravageur porté par la cerise. Le cassis et la gariguette succèdent des tanins soyeux, toniques et plein d’une belle énergie. Beaux équilibres pour un grand classique.

  • 2015

    Millésimes solaires, ouvrez le ban ; suivront les 2017, 2018, 2019, 2020 et ......du même tonneau. Dans le verre, profusion parfaitement ordonnance, gourmandise et richesse. Grâce à un soleil généreux mais jamais brûlant, le millésime offre des vins à la fois riches et gourmands. Les robes vont de ce rubis qui n’appartient qu’au gamay à des reflets violacés. Des fruits noirs frais à profusion (mure, myrtille), quelques notes de fruits rouges et une pointe de prune pour la fraîcheur. Les tanins bien présents, juteux et suaves - belle maturité oblige - se font caressants et soyeux. À classer dans les millésimes de longue garde.

  • 2016

    Le grand frère de 2014. Un millésime qui se hâte lentement pour bâtir des vins parfait reflet de la typicité des lieux. Joli fruité campé sur des tanins plus croquants que puissants. Belle combinaison de petits fruits rouges dominateurs, de prune et pointe d’épices douces pour la juste touche de tonicité. Harmonieux, digestes et sapides. Portés par un souffle frais, les meilleurs flacons surprendront par leur longévité.

  • 2017

    Plus Beaujolais que 2017 semble difficile. Du soleil à juste dose, la pluviométrie qui va bien pour terminer sur de beaux équilibres. La robe est belle et incarne la signature du gamay : rubis chatoyant, pourpre profond, violacé discret. Nez ouverts. Jolies notes de cerise qui avec le temps se feront kirsch ; la prune bien présente également basculera du côté de la prunelle pour offrir un végétale doux. Les tanins sont soyeux ; des tendres qui savent monter en puissance pour des bouches solides, sapides et salines. Un millésime d’une grande buvabilité.

  • 2018

    Millésime XXL Richesse à tous les étages, avec cerise sur le gâteau le juste souffle de fraîcheur. Plus sombre que de coutume, le gamay s’accapare les profonds reflets violacés de sa voisine la syrah. Une large diversité d’arômes (mure, myrtille, prune, rose) qui s’imbriquent parfaitement et offrent des nez envoûtants. Les bouches riches, très juteuses et denses n’en finissent pas de rebondir sur des tanins massifs et racés. Superbe harmonie taillé pour la garde.

  • 2019

    Millésimes solaires suite.... Logiquement dans le verre des tonalités sombres, une forme de densité. Au rendez-vous également, les arômes rhodaniens associés à ce type de millésime : violette, iris, pivoine et fruits noirs. Le caractère gourmand des jus s’articule parfaitement autour de structures tanniques toniques, bien construites et solides. Du charnu, du juteux, du sèveux à laisser “grandir” sagement sous les ailes de ses aînés 2017 et 2018.

Blog vins du beaujolais

Découvrir

Webdoc
Au fil de l'eau

Découvrir

Carnet Beaujolais

Découvrir