Rencontre avec Laurent Derhé, Meilleur Ouvrier de France Sommelier (MOF)

Publié le 09 janvier 2023
Rencontre avec Laurent Derhé, Meilleur Ouvrier de France Sommelier (MOF)

Les Vins du Beaujolais sont partenaires du Concours ASI du Meilleur Sommelier du Monde, Paris 2023. A l’occasion de cet événement prestigieux, nous avons rencontré Laurent Derhé, Meilleur Ouvrier de France Sommelier (MOF) 2007 et Président de l’Association des Sommeliers Lyonnais et Rhône Alpes. Il nous donne son avis sur les vins d’exception du Beaujolais.

Entretien réalisé lors de la dégustation des Beaujolais d’Exception à l’Institut Paul Bocuse & Restaurant Saisons* – Ecully, Octobre 2022, en vue du Concours du Meilleur Sommelier du Monde 2023. Vidéo disponible en fin d’interview.


Un mot sur la dégustation du jour en vue du Concours du Meilleur Sommelier du Monde ?

“Aujourd’hui, l’objectif était de sélectionner des vins typiques de notre magnifique vignoble du Beaujolais, gamays et chardonnays. L’idée est de les présenter aux sommeliers du monde [durant la semaine du concours*]. Il nous faut donc avoir la sélection la plus représentative et qualitative possible, qui nous permette de montrer que ce vignoble est un grand vignoble.”

*Les vins sélectionnés seront présentés aux sommeliers venus du monde entier, en marge des épreuves du concours du Meilleur Sommelier du Monde 2023.

Vos réactions suite à cette dégustation ?

“Ce qui nous a marqué tout d’abord, c’est qu’il y a une très belle qualité d’ensemble ! Évidemment, on connaît l’essor qualitatif actuel du Beaujolais, qui ne nous a pas rendu la tâche de sélection facile. Mais on a pu faire ressortir des cuvées assez modernes avec une certaine concentration. D’autres plutôt sur la fraîcheur, comme le gamay sait également le faire. Ou encore de beaux chardonnays typiques, sur la jeunesse. C’était une très belle journée de dégustation !”

Des coups de cœur parmi ces Beaujolais d’exception ?

“J’ai souvenir d’un très très beau Chénas du Domaine Anita par exemple. Un vin sur la jeunesse, en 2020, et qui a parfaitement bien goûté. J’ai également aimé les vins de la famille Lardet, et quelques cuvées ayant pris un peu d’âge.

Dans le Beaujolais on a des vins qui vieillissent parfaitement bien, grâce à leur équilibre entre l’acidité et la maturité. Une fois de plus, on a pu le constater ce matin. Les beaux millésimes comme 2015, sur le grand classique Château des Jacques en Moulin-à-Vent par exemple, montrent encore une fois que les crus du Beaujolais vieillissent très bien.”

Le Beaujolais bénéficie d’une grande diversité de terroirs, de lieux-dits, de microclimats, de vignerons… L’avez-vous ressentie au travers de cette dégustation ?

“Aujourd’hui, on a vu tout ce que le Beaujolais pouvait nous offrir, avec ses terroirs hétérogènes, plutôt granitiques au nord et sablonneux au sud. On a vu néanmoins quelque chose de commun à tous ces vins. C’est l’élan de qualité qui est en train de prendre tout le vignoble et sa nouvelle génération.

Il n’est pas nouveau, il est en cours depuis 10, 15 ou même 20 ans. Mais depuis une dizaine d’années on constate un dynamisme global, avec des vinifications un peu plus modernes. Les vins sont un peu plus concentrés pour certains, alors que d’autres ont un boisé plus présent… Et néanmoins en filigrane, ces terroirs qui réapparaissent nettement, tendres ou plus massifs selon leurs spécificités. Toute cette richesse et cette diversité qu’offre le Beaujolais s’est effectivement révélée ce matin.”

Quelle est la place des Beaujolais en restauration ? Qu’apportent-ils de nouveau ?

“Ce qui est passionnant avec les vins du Beaujolais, c’est qu’en restauration ils peuvent s’adapter.

Certains vignerons font des vins tendres et souples. C’est le cas par exemple des Beaujolais et Beaujolais Villages que l’on a pu goûter ce matin, ou même de certains crus. Ils peuvent aller sur des déjeuners du midi, ou sur de la restauration estivale, à servir frais et croquants. D’autres nous offrent des vins de gastronomie un peu plus structurés, avec une puissance et une complexité très intéressantes.

Ils nous permettent, à nous, sommeliers, de faire des accords mets et vins très pointus. La fraîcheur qu’offre systématiquement le gamay et son équilibre parfait en font finalement un cépage extrêmement moderne, donnant des vins très adaptés à un repas.

Ce sont des vins de restauration, de gastronomie, et des vins de sommeliers. Et c’est notre rôle de les faire découvrir . En Beaujolais, il y a beaucoup de vignerons et autant d’identités différentes, dont nous avons plaisir à raconter les histoires !”

Vous évoquiez tout à l’heure les vins blancs du Beaujolais ; qu’est-ce qui les distingue ?

“En Beaujolais, on a la chance d’avoir des blancs. Le chardonnay, ce cépage très présent en Bourgogne […], en Mâconnais ou sur la Côte Chalonnaise, il nous offre autre chose en Beaujolais. Une fraîcheur. Pas la fraîcheur chablisienne sur ces terroirs calcaires, mais une fraîcheur justement placée, qu’on a toujours en fin de bouche.

Le chardonnay avec ses notes classiques de pomme verte, un peu d’agrumes, ses notes d’aubépine ou de fleurs blanches : on vient chercher ça en Beaujolais ! C’est ce côté croquant, frais, équilibré et rafraîchissant, qu’on apprécie particulièrement en début de repas.

Certains vignerons font des cuvées avec un élevage légèrement marqué, qui quand il est bien fait et bien maîtrisé donne des vins plus opulents.

Quel que soit leur mode de production, on aime les chardonnays du vignoble du Beaujolais. On les apprécie pour l’équilibre, l’élégance ou encore la fraîcheur qui les caractérisent.”

Le Concours du Meilleur Sommelier du monde, qu’est-ce que c’est ?

“C’est l’occasion de regrouper le monde de la sommellerie et d’élire le Meilleur Sommelier du Monde au travers de différentes épreuves. Cela représente une soixantaine de pays participants. Il y a des quarts de finale, des demi-finales, une finale en public avec une pression incroyable… une véritable compétition sportive. Ça va être magnifique !

C’est aussi l’occasion de faire voir notre métier de la sommellerie au grand public et dans les médias. Nous avons la chance de montrer que c’est un beau métier de connaissances, de culture, de dégustation, où l’on partage le sens de la vie.

Et puis ce sera l’occasion de rencontrer du monde ! Les sommeliers viennent de l’autre bout de la planète, d’Asie, d’Afrique du Sud, des Amériques, d’Australie et d’Europe, bien sûr. L’occasion de partager et d’échanger pendant une semaine, en montrant ce qu’est la gastronomie française.

Le Beaujolais en fait partie, et on est fier qu’il soit présent pour ce grand événement. Pendant toute une semaine, Paris sera le cœur du système viticole mondial, de la restauration et de la sommellerie. C’est une chance pour nous, pour nos vignobles et pour le Beaujolais en particulier.”

En tant que membre de la Team France, comment accompagnez-vous la candidate française Pascaline Lepeltier ?

“La sommellerie lyonnaise est fière d’accompagner la candidate française pour la réussite dans ce concours. En tant que Président des Sommeliers Lyonnais, je suis extrêmement fier qu’elle nous représente !

Elle incarne le côté international de la sommellerie. Française, passionnée du Val de Loire, elle a une véritable expérience en France mais aussi désormais à New York. Elle représente aussi tout ce que la sommellerie moderne peut exprimer. C’est une femme, bien sûr, mais pas que… C’est surtout une grande sommelière qui va nous représenter !

Toute la sommellerie française est derrière elle ; alors on espère pouvoir l’accompagner jusqu’au bout, et on y croit !”


Pour en savoir plus sur la sélection des vins qui seront présentés en marge du Concours du Meilleur Sommelier à Paris en 2023, cliquez ici !

  • Concours Meilleur Sommelier du Monde
  • événements
  • pur terroir

LES SOLS DU BEAUJOLAIS : LE FILM

Découvrir

Webdoc
Au fil de l'eau

Découvrir

Carnet Beaujolais

Découvrir
Fermer

Inscription à la newsletter

Pourquoi vous abonner ? Tout simplement pour être tenu au courant des actualités des vins du Beaujolais !

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées dans un fichier informatisé par Inter Beaujolais pour le traitement de votre demande et de futures communications. Elles sont conservées pendant 5 ans et sont destinées à envoyer des informations liées aux vins du Beaujolais.

Conformément à la loi « informatique et libertés » et au RGPD, vous pouvez exercer votre droit d'accès, de rectification et de suppression des données vous concernant en contactant le DPO d'Inter Beaujolais.

Pour connaître et exercer vos droits, notamment vos droits d'accès, de rectification et de suppression des données collectées par ce formulaire, veuillez consulter notre Politique de protection des données personnelles.

En savoir plus sur la gestion de vos données et vos droits associés à ce formulaire.